Ceux que je n’ai pas fait.

Salut encrolique! Juste un rapide article aujourd’hui qui m’a pris comme une envie de pisser. On a déjà parlé ici de la soif d’encre, et plus récemment de cette habitude de parler illico presto de ses futurs projets. Mais si on a tant de projets en tête dès qu’on commence le tatouage, il n’est pas étonnant que bon nombre d’entre eux ne se voient jamais concrétisés. Je voudrais donc prendre 5 minutes pour faire le tour de ces tatouages que je n’ai jamais fait, et peut-être comprendre ce qui fait qu’on choisit de sauter le pas ou non pour tel ou tel motif, et ce que ça nous enseigne sur l’importance de réfléchir, ou au contraire de lâcher prise…

Il est très facile de me souvenir quand l’envie de tatouage s’est manifestée chez moi. J’avais tout juste 18 ans et mon prof d’Histoire Géo, un de ceux que tu n’oublies jamais car il a changé ta vie de lycéen, nous avait parlé de bière dans sa classe. Quand on a discuté  un peu plus avec lui en fin de cours, avec mon poto, il nous a demandé si on aimait la Guinness. Monsieur Bertrand, lui, adore ce breuvage et le consomme régulièrement devant un match de rugby au pub O’Callagan, dont il nous donne l’adresse et nous recommande de faire un tour. Ce que nous fîmes.
Ce pub deviendra notre QG, il sera le lancement de carrière du groupe de rock de mon poto, et la Guinness deviendra une religion. Pendant des années, je ne me vêtirai que de T-shirt de la marque, offerts lors de soirées au pub. C’est dans cette période, entre 19 et 21 piges que j’ai sérieusement pensé à me faire tatouer mon premier motif : la harpe de Guinness.

Ne ris pas. J’avais étudié le logo, reproduit mon motif, choisi la taille et l’emplacement… Ne manquait plus que le courage. Ce dernier élément n’est jamais venu. Aussi, c’est seulement à 27 ans que mon premier tatouage éclora, et il sera bien différent. Je bois toujours mes Guinness avec délectation, et qui sait? La harpe pourrait bien arriver un de ces jours, en hommage à ma passion de l’encre qui est née quelque part dans la noirceur de cette bière.

Après avoir fait mes deux premiers motifs sur le bras droit et le bras gauche, j’ai passé pas mal de temps à dessiner une carpe koi. Je ne la voulais pas traditionnelle à l’époque, mais plutôt graphique, pour s’accommoder à mes 2 premiers motifs que j’avais élaboré moi même (malheureusement)… Cette carpe ne verra jamais le jour, mais lorsque j’ai réfléchi le motif de mon dos, il m’a semblé important que mon dragon ait des éléments plus « carpe » (les deux créatures sont étroitement liées comme tu le sais peut-être). J’ai donc insisté là dessus auprès de mon tatoueur Magu (aujourd’hui aux Pays-Bas, profites-en!!) et il a fait en sorte de le munir de belles nageoires de carpe. Ce motif, ou plutôt l’idée de ce motif ne s’est donc pas volatilisée, mais plutôt diluée dans l’encre plus mature qui a finalement élu domicile dans mon épiderme.

Plus récemment, j’ai eu envie d’un lettrage. Étrangement, d’ailleurs, car j’ai toujours eu du mal avec les lettrages… Je trouve ça trop parlant, trop direct… D’aucun pourrait penser que c’est fait pour moi, qui aime tant écrire, mais… non. M’enfin là, j’avais trouvé une formule qui résumait bien ma vision de l’encre et de la vie… « Cette encre est temporaire… Comme moi ». Je ne mets pas de copyright (vue l’originalité toute relative de la formule…), mais je n’ai pas totalement abandonné l’idée de l’encrer un jour alors sois sympa et reformule ça si tu aimes l’idée et que ça t’inspire. Pour le moment j’ai remis cette idée de côté, car un poil trop négative pour la vie de tous les jours… Mais je sais à qui j’aimerais la confier si d’aventure ça revenait sur le tapis, ou si je trouver un moyen satisfaisant de l’adapter, l’illustrer…

D’autres motifs se disputent une place de permanent encore aujourd’hui. Certains vont grossir les rangs de mes abandons, d’autres auront peut-être un second souffle au profit de la découverte de tel ou tel artiste, à la faveur de tel ou tel événement que mon avenir me réserve… Mais tous font partie de mon histoire et de ma relation au tatouage.

Chaque nouvelle idée, nouvelle envie, nouvelle découverte, est une goutte d’encre de plus dans la caps. Choisir un tatouage, c’est en refuser 50 autres. C’est l’histoire de la célébrité. Un coup de chance, un petit plus, un concours de circonstances remporté. Mieux vaut garder ça en tête pour ne pas décider trop vite non plus… Laisser la chance de découvrir de nouveaux styles, s’inspirer, garder de la place…

Ma harpe Guinness a tendance à faire sourire quand je parle d’elle. Mais est-ce parce qu’elle était une mauvaise idée, ou plutôt parce qu’elle n’est pas devenue un tatouage? Si je l’avais vraiment faite, la regretterais-je? Probablement pas! Les gens inquiets de regretter un tatouage (toute raison gardée, évidemment que certains tatouages seront regrettés à coup sûr, il ne s’agit pas de dédouaner tout et n’importe quoi…) les gens inquiets de ce genre de chose,sont probablement juste inquiets de regretter, en général, dans leur vie. J’ai personnellement toujours essayé de suivre ce conseil simple de Mark Twain : « ne regrettez jamais quelque chose qui vous a fait sourire »

Penser avant d’encrer, c’est important. Mais encore faut-il savoir à quoi tu penses.
Putain… Je crois que l’idée de la harpe n’est pas morte…

___________________________________________________________________________________________

A toi de me parler de ce tatouage que tu n’as jamais fait!! Pourquoi? Commente ici ou sur Facebook, sans oublier de liker la page. N’hésite pas à partager l’article avant qu’il n’aille dans la catégorie « ces articles dont j’ai oublié de parler à mes amis! » MERCI!

Publicités
Ceux que je n’ai pas fait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s